Menu 010 28 01 98
Nous sommes à votre disposition pour répondre
à toutes vos questions ou fixer un rendez-vous.
Contactez-moi
Trouvez-nous au
Chaussée de Louvain 350
1300 Wavre, Belgique
Nous sommes ouverts
Du lundi au vendredi (sauf mercredi après midi)
De 8h 12h30 et de 13h30 à 18h
Nous contacter au

Honoraires de l’avocat au Barreau du Brabant Wallon

Les honoraires de Maître Nicolas Gervais peuvent varier selon plusieurs critères. Ils prennent en compte le travail intellectuel, les frais de traitement, les frais administratifs ou encore une possible rémunération aux résultats obtenus. Ils sont définis dans le respect des lois et règlements de la profession, en accord avec les recommandations de l'Ordre des Avocats. Toutes les informations concernant ses honoraires sont disponibles sur demande, avant toute intervention. Vous pouvez retrouver le cabinet d’avocat au 350 chaussée de Louvain à Wavre.
La rémunération de l’avocat

La rémunération de l’avocat

Il n’existe pas de barèmes prédéfinis pour la détermination des honoraires d’un avocat. Il peut fixer ses tarifs en fonction de sa notoriété et de son expérience, ainsi que du type de dossier à traiter (la spécialisation requise), sous le contrôle de l’Ordre des avocats. La méthode de tarification doit vous être partagée avant le début de l’intervention. Il est important de noter que sa rémunération est à distinguer en plusieurs parties :
  • Les prestations intellectuelles : qui incluent l‘étude du dossier, les recherches de jurisprudences, la mise au point et la finalisation de contrats, la rédaction d’actes de procédures ou encore de plaidoyers, etc.
  • Les frais et débours : qui incluent les dépenses nécessaires pour les réunions et entretiens téléphoniques, les correspondances et déplacements ou encore les frais d’ouverture et fermeture de dossier.
Il est aussi à noter que des provisions pourront êtres réclamées par l’avocat tout au long de l’intervention, qu’il est impératif d’approvisionner afin que le traitement du dossier puisse suivre son cours. Cela permet aussi d’éviter une accumulation trop importante des coûts engendrés. L’avocat sera quant à lui obligé de vous tenir informé des frais occasionnés, selon le déroulement de l’intervention, et de vous faire un compte-rendu détaillé des coûts globaux de la procédure à la fin.
Le calcul des honoraires

Le calcul des honoraires

  • Au temps passé : le taux horaire est la méthode la plus répandue pour calculer la rémunération de l’avocat. Celui-ci doit consigner le temps consacré au dossier afin d’établir le coût global. Pour Maître Nicolas Gervais, il est fixé à 120€ de l’heure HTVA pour les prestations intellectuelles, et à 60€ HTVA pour les prestations non intellectuelles. Ce tarif n’inclut pas les frais divers, calculés comme suit HTVA 21 % :
    • frais d'ouverture et de clôture de dossier (montage / classement et maintenance / archivage / destruction) : 75,00 €
    • courriers : 9,00 €
    • pages de procédure / pages de calcul : 12,00 €
    • photocopies : 0,25 € / unité
    • déplacements : 0,50 € / km
  • De résultat : la loi interdit la détermination des honoraires uniquement en fonction de l’obtention de résultats positifs. Il est néanmoins possible d’établir le payement ou non d’un pourcentage des honoraires sous condition des résultats obtenus.
Créé en 2014, le cabinet est composé de divers avocats
travaillant dans des matières spécifiques.

QUALITÉ ET COMPÉTENCE

Notre objectif est de vous offrir un service de qualité, adapté à vos besoins, tant dans le cadre d’un avis juridique que dans celui de la défense de vos intérêts devant les instances judiciaires (cours et tribunaux) et arbitrales ou lors de négociations.

EFFICACITÉ ET TRANSPARENCE

Nous attachons une importance particulière à assurer un suivi rapide et rigoureux à vos demandes et ce, de manière totalement transparente, notamment en ce qui concerne les frais et honoraires.

ECOUTE ET DISCRÉTION

L’écoute et la disponibilité sont au centre de nos préoccupations, c’est pourquoi nous prenons le temps de recevoir chaque client, de l’écouter et de déterminer avec lui la meilleure stratégie, adaptée aux besoins spécifiques de son dossier.

CONFIDENTIALITÉ ET PROTECTION DE VOS DONNÉES

Tout au long du traitement de votre dossier, nous veillons au respect de la plus stricte confidentialité, valeur essentielle de notre profession (Politique de gestion de vos données).
FAQ "J'ai rassemblé ci-dessous les questions qui me sont le plus souvent posées lors des premières consultations."

Constat amiable ou appel à la Police ?

En cas d’accident, vous êtes tenu de faire constater celui-ci de manière contradictoire par l’intermédiaire d’un constat amiable ou de faire appel à la Police pour procéder aux constatations.
Dans l’hypothèse du constat amiable, il convient de vérifier l’ensemble des mentions apposées par les deux parties sur le constat AVANT de le signer.
En effet, la signature du constat implique l’acceptation de l’ensemble des mentions s’y trouvant.
En cas de désaccord, il est conseillé de faire appel à la Police pour procéder aux constatations.

Utilité de se faire défendre pour un simple excès de vitesse non contesté ?

Contrairement à des idées préconçues, ce n’est pas parce qu’une prévention pénale n’est pas contestée que le rôle de l’avocat devient inutile.
En effet, celui-pourra faire valoir divers arguments propres à la personne poursuivie afin de tenter d’obtenir une sanction qui soit la plus appropriée au cas concret mais également vérifier la validité des constatations techniques ou encore la question de la prescription.

Désaccord avec votre assureur PJ : Clause d’objectivité

Lorsque vous ne partagez pas l’avis défendu par votre assureur protection juridique, il vous est loisible de solliciter l’avis d’un avocat choisi par vos soins qui devra rendre celui-ci dans le cadre de la clause d’objectivité.
Cela implique que si l’avocat partage le sentiment de l’assuré, l’assureur devra suivre celui-ci et prendre en charge financièrement l’intervention de l’avocat.
Dans le cas contraire, l’intervention de l’avocat sera prise en charge par moitié par l’assureur PJ et par moitié par l’assuré.
Toutefois, si l’assuré, malgré l’avis négatif de l’avocat, introduit la procédure et obtient gain de cause, les frais dudit avocat seront, a posteriori, pris en charge par l’assureur PJ.
En conséquence, en cas de désaccord avec votre assureur protection juridique, il n’est pas forcément inutile de consulter l’avocat de votre choix afin qu’il puisse émettre un avis « objectif ».

Que faut-il entendre par « récidive croisée » ?

Pour certaines infractions considérées comme les plus graves en matière de circulation routière, le législateur a prévu des sanctions plus importantes lorsque celles-ci sont commises dans un délai de 3 ans après avoir été précédemment condamné pour le même type d’infraction. On parle alors de récidive croisée. Dans un tel cas de figure, le législateur a prévu une obligation pour le Tribunal de prononcer une déchéance minimale du droit de conduire de trois mois ainsi que la réussite des 4 examens (théorique, pratique, médical et psychologique) comme condition de réintégration dans le droit de conduire.

Suis-je couvert en protection juridique en cas d’excès de vitesse ou en cas d’intoxication alcoolique ?

Si votre véhicule est couvert en protection juridique, la majorité des contrats existant sur le marché couvre votre défense pénale :
  • si vous commettez un excès de vitesse
  • si vous êtes contrôlé en état d’intoxication alcoolique
  • si vous êtes impliqué dans un accident avec imprégnation alcoolique

Libre choix de l’avocat dans la couverture protection juridique ?

Que ce soit pour introduire une procédure au civil ou pour être défendu au niveau pénal, l’assuré a, dans le cadre d’une couverture « protection juridique », le libre choix de l’avocat de sorte qu’il peut choisir celui-ci.
Dans cette hypothèse, l’assureur protection juridique prendra en charge les frais et honoraires de l’avocat choisi par l’assuré.

L’action récursoire (en RC auto) est-elle automatique ?

Dans l’hypothèse où votre assureur RC est intervenu en faveur de tiers lésés en raison d’un accident survenu alors que le conducteur était en état d’imprégnation alcoolique, l’assureur RC a la possibilité de se retourner contre lui.
Toutefois, ce recours n’est pas automatique et diverses conditions de forme et de fond doivent être respectées par l’assureur pour obtenir gain de cause.
Il n’est dès lors pas inutile de consulter un avocat spécialisé en la matière afin de vous conseiller au mieux dans ce cas de figure.

Refus de couverture dégâts matériels en cas d’intoxication alcoolique

Encore actuellement, la majorité des contrats d’assurance exclut de la couverture le sinistre occasionné alors que le conducteur se trouvait en état d’imprégnation alcoolique. De part cette exclusion, l’assureur ne remboursera pas l’assuré des dégâts occasionnés par l’accident au véhicule couvert par le contrat d’assurance.
La jurisprudence estime pourtant que dans un tel cas de figure, il ne s’agit pas d’un cas d’exclusion de sorte que le refus de la compagnie d’assurance de couvrir son assuré ne peut être automatique et doit être soumis à diverses conditions.
À nouveau, il vous est conseillé vivement de consulter un avocat spécialisé afin de pouvoir vous aider et vous conseiller au mieux dans vos démarches vis-à-vis de votre assureur.

Qu’est-ce que l’alcolock ?

L’alcolock est un système anti-démarrage placé sur les véhicules qui impose au conducteur de celui-ci de souffler dans un embout pour déterminer si celui-ci se trouve ou non en état d’imprégnation alcoolique. Si l’appareil détecte une consommation d’alcool, le véhicule ne se mettra pas en marche.
Pour les imprégnations alcooliques constatées après le 1er juillet 2018, le placement d’un tel système est en principe obligatoire. Actuellement, il existe néanmoins toujours certaines possibilités pour éviter que ce placement ne soit rendu obligatoire.

Quel taux d’intérêt choisir pour capitaliser un dommage permanent ?

Au plus le taux d’intérêt utilisé est bas, au plus le montant du capital sera important puisque le rendement généré sur le capital sera moindre avec un taux d’intérêt bas. Il est donc essentiel de capitaliser avec un taux d’intérêt aussi bas que possible. Le choix du taux d’intérêt est dès lors primordial dans le cadre d’une évaluation du dommage permanent lorsqu’on utilise la méthode de la capitalisation, ainsi que les tables utilisées. Certains magistrats acceptant même actuellement de capitaliser avec un taux d’intérêt négatif…
TÉLÉPHONE 010 28 01 98
HORAIRES Du lundi au vendredi (sauf mercredi après midi)
De 8h 12h30 et de 13h30 à 18h
FAX +32 (0)10 68 86 29
ADRESSE Chaussée de Louvain 350
1300 Wavre, Belgique
Nous sommes situés au



Vous appréciez, partagez !
Nicolas Gervais Télèphone010 28 01 98
AdresseChaussée de Louvain, 350
1300 Wavre